Attentat Reina – Malheur à nous

Samedi 31 décembre, tous les médias sont tournés vers Istanbul, non pour célébrer le nouvel an mais pour couvrir l’énième attentat de l’année. Si le monde pleure encore ses victimes, certains de nos concitoyens marocains ont peint la toile marocaine de haine et de fatwas. 2 Marocaines sont mortes et avec eux l’espoir d’un Maroc tolérant en fin 2016. Certains leur ont prédit l’enfer, d’autres les ont réprimandé une fois de plus, même après leur mort.

Certains diront qu’avant c’était mieux, qu’il n y avait pas autant de malheurs et que les gens étaient plus tolérants et plus bons. A cela, j’aimerai dire qu’avant il n’y avait pas autant de moyens de communications, qu’avant, on ne disait pas tout, du moins pas à voix haute. Aujourd’hui, à l’air du Facebook et du Twitter, les gens expriment leurs opinions, plus aisément derrière un écran. L’individu a des options. S’il dit du mal, c’est par choix. Fini les phrases non pensées. Aujourd’hui, on pense le mal qu’on dit.

Je ne sais pas ce qui est le plus alarmant, que les actes terroristes ne choquent plus ou qu’on commence à les justifier voire les défendre. Tolérer n’a jamais été notre fort, qu’on se le dise. On a beau se leurrer dans le plus beau pays du monde, on se fait plus de mal que l’on subit voire tout autant. Qu’adviendra-t-on si chacun de nous est le juge et bourreau de l’autre ?

« D’abord, ils ont enfermé les drogués. Puis, ils ont enfermé les prostituées. Ensuite, ils ont chassé les pauvres clodos et tabassé à mort tous les homos. Ils ont renvoyé les immigrés chez eux, nous ont abreuvé de mensonges pour qu’on ferme les yeux. On a pas osé élever la voix, on est resté terré dans notre trou. Et il n’y avait plus personne pour réagir, quand ils s’en sont pris a nous… ».

Martin Niemöller – Pasteur allemand, partisan du régime hiltérien.

Tolérer l’autre ce n’est pas lui donner raison. Ce n’est pas adhérer à son idéologie ni de s’y soumettre. La tolérance c’est laisser d’un côté son ego pour reconnaître aux autres le droit d’être différent, tant que cette différence reste dans les limites du respect. Défendre cette tolérance, c’est se défendre contre la haine et de l’étroitesse d’esprit, c’est garantir sa liberté et sécurité physique et morale, tout en respectant  celles des autres. Une place de remplie en enfer, n’en libère pas une au paradis. Le monde est assez grand pour nous contenir tous. L’au-delà n’est que plus vaste. A bon entendeur.

More from Rima BELRHAZI

La somalie, autrement : 5 choses à savoir sur ce pays

Bien que timidement, certains pays et médias parlent depuis plus de deux...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *